Exercice : Enthalpie de combustion, corrigé

La combustion1 est une réaction exothermique d’oxydoréduction. Lorsque la combustion est vive, elle se traduit par une flamme ou par une explosion (déflagration, voire détonation si le front de flamme dépasse la vitesse du son).

La combustion de la biomasse et des carburants est la principale source de pollution de l’air, avec des effets cancérigènes, reprotoxiques et cardiovasculaires notamment.

Le combustible peut être :

un solide formant des braises (charbon, bois, papier, carton, tissu, PVC, etc.) ;
un liquide ou solide liquéfiable (essence, gazole, fioul, huile, kérosène, PE, PS, etc.) ;
un gaz (gaz naturel, butane, propane, méthane, dihydrogène, fumée, gaz de pyrolyse, etc.) ;
un métal (fer, aluminium, sodium, magnésium, etc.) ;
une huile de cuisson.

Le comburant est l’autre réactif de la réaction chimique. La plupart du temps, il s’agit de l’air ambiant, et plus particulièrement de l’un de ses composants principaux, le dioxygène. En privant un feu d’air, on l’éteint ; par exemple, si on place une bougie chauffe-plat allumée dans un bocal de confiture et qu’on ferme le bocal, la flamme s’éteint ; à l’inverse, si l’on souffle sur un feu de bois, cela l’active (on apporte plus d’air). Dans certains chalumeaux, on apporte du dioxygène pur pour améliorer la combustion et élever la température de la flamme.

TD1_Carburant_Deplacer
TD1_Carburant_Deplacer_c

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *